1 Quand l’agenda gouvernemental est saisi par l’expertise associative : la politique de l’évaluation environnementale forestière au Cameroun

Publié en mai 2017

La Coalition for Rainforest Nations menée par le Costa Rica et la Papouasie-Nouvelle-Guinée lors de la 11ème édition de la Conférence des Parties (Cop) de décembre 2005, à Montréal, un lobbying pour l’adoption de l’accord de réduction des émissions de carbone issues de la déforestation et de la dégradation des forêts dans les pays en voie de développement (programme Redd). Elle se mobilise sur l’argument que les forêts tropicales absorbent et retiennent près de 25% du carbone de la biosphère terrestre à l’origine de la dégradation de la couche d’ozone1.

Moïse TCHINGANKONG YANOU
Politologue, Département de Science politique de l’Université de Yaoundé II, Centre d’Etudes et de Recherches en Dynamiques Administratives et Politiques (Cerdap)


L'intégralité de la contribution

PDF - 698.9 ko
PDF - 698.9 ko

Commentaire(s)

Articles