Hilaire AKEREKORO

Chargé de Cours à la Faculté de Droit et de Sciences Politiques de l’Université d’Abomey-Calavi et à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) (BENIN).

Article(s) de cet auteur

L’EXERCICE DE LA SOUVERAINETE NATIONALE RECONNUE AU PEUPLE DANS LE CONSTITUTIONNALISME AFRICAIN

par Hilaire AKEREKORO  (juin 2012)

La souveraineté nationale reconnue au peuple dans le constitutionnalisme africain est exercé tant par les modes traditionnels d’exercice de la souveraineté que par l’office du juge constitutionnel. Les modes traditionnels, bien mitigés, regroupent l’exercice de la souveraineté par le Président de la République, le Parlement et le pouvoir judiciaire dans un continent où le peuple a encore son mot à dire en matière constitutionnelle. A la suite des représentants du peuple élus ou nommés, le juge constitutionnel est un représentant du peuple d’un type spécial tant du point de vue de sa légitimité que de celui de ses attributions. Celles-ci sont densifiées dans le cadre du renouveau du constitutionnalisme en Afrique

Tous les auteurs