INSPECTION DU TRAVAIL ET ENCADREMENT DU TRAVAILLEUR MIGRANT DANS LES PAYS DU CRADAT

Publié en février 2020

Résumé

La zone de libre-échange continentale africaine naissante va accélérer la migration intra-africaine des travailleurs. Or actuellement en Afrique, l’accompagnement et la protection des travailleurs migrants est cacophonique et lacunaire. Cette défaillance soustrait ces travailleurs du bénéfice du travail décent pour les abandonner sur l’autel des abus de toutes sortes. L’encadrement des travailleurs migrants est désormais une urgence signalée. L’ ½uvre d’encadrement passe nécessairement par l’identification des instruments juridiques internationaux pertinents qui le fondent, leur ratification par les Etats africains, et leur maîtrise par l’inspection du travail, service public chargé de la protection des travailleurs y compris les travailleurs migrants. Le CRADAT institution dédiée qui regroupe tous les Etats francophones subsahariens peut jouer un rôle central dans l’enracinement du travail décent chez les travailleurs migrants de l’espace éponyme.

Abstract

The nascent African continental free trade zone will accelerate intra-African migration of workers, but currently in Africa, the support and protection of migrant workers is cacophonous and deficient. This failure to support these workers with the benefit of decent work and abandon them on the altar of abuse of all kinds. The supervision of migrant workers is now a reported emergency. The work of supervision necessarily involves the identification of the relevant international legal instruments on which it is based, their ratification by African States, and their control by the labour inspectorate, the public service responsible for the protection of workers, including migrant workers. The CRADAT, a dedicated institution that brings together all the sub-Saharan French-speaking States, can play a central role in the entrenchment of decent work among migrant workers in the eponymous area.


Isidore Léopold MIENDJIEM
Maitre de Conférences Agrégé Université de Dschang (Cameroun)


L'intégralité de la contribution

PDF - 727.2 ko
PDF - 727.2 ko

Commentaire(s)

Articles