L’idée de Constitution en Afrique noire francophone

Publié en mai 2017

La Constitution en Afrique, écrivait le Professeur Maurice Ahanhanzo-Glèlè, est malade de deux manières : soit par son inapplication, soit par l‟instrumentalisation résultant de son application1. En effet, le père de la Constitution béninoise2 faisait observer que l‟Afrique a connu trois cycles constitutionnels3 qui sont partis « des acquis, au rejet des acquis [pour revenir] aux acquis4 ». Pourtant, aucun de ces cycles n‟a pu mener les peuples africains vers les aspirations qui sont souvent affichées dans la Constitution : la démocratie, l‟Etat de droit et le développement5.

GBEOU-KPAYILE Nadjombé Gmagnido
Docteur en droit public Maître-assistant à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de l’Université de Kara (Togo)


L'intégralité de la contribution

PDF - 673 ko
PDF - 673 ko

Commentaire(s)

Articles