La fabrique du « bon gouvernement » : scène constituante et instituante au Cameroun (1972-2002)

Publié en janvier 2016

C’est à juste titre que l‟Etat, forme idéale –typique, peut être pensé comme centre politique reposant sur des ressources d‟autorités et de légitimités spécifiques. Dans le cas du Cameroun, l‟autonomisation progressive construite autour du développement graduelle d‟une administration bureaucratique, instrument du gouvernement des corps et des choses va, grâce à une fine opération de totalisation et de spécification du contrôle, procurer des ressources pratiques et symboliques aux agents. Les frontières des formes et les termes de la formation gouvernementale aménagent alors un espace de jeu et de typification du « bon gouvernement » 1, de l‟organigramme idéal. Cette différentiation va distinguer et spécifier des ordres d‟activités, sortes de fonctions manifestant l‟utilité publique de l‟Etat.

Nadine MACHIKOU NGAMENI
Agrégée de Science politique Université de Yaoundé II


L'intégralité de la contribution

PDF - 214.9 ko
PDF - 214.9 ko

Commentaire(s)

Articles