LA TENEUR DES ARTICLES 206. 2 ET 213 DU CODE GENERAL DES IMPOTS DU BURKINA FASO AU REGARD DU DROIT INTERNATIONAL

Publié en mai 2020

RÉSUMÉ  : Le code général des impôts du Burkina Faso a connu un enrichissement issu de la loi de finances gestion 2020. Cet enrichissement a consisté à élargir l’assiette des redevables légaux. Dans un souci de réalisme fiscal, le législateur burkinabè a décidé d’étendre la législation sur les redevables légaux aux ambassades, consulats et autres structures internationales assimilées. Il semble y avoir dans cette logique une contrariété du droit interne par rapport au droit international. La raison de ce malaise tient en ce que les articles 206.2 et 213 du code général des impôts méconnaissent la théorie des immunités fiscales consacrées de longue date par le droit international. Dans ce qui parait, cependant, comme une méconnaissance, l’analyse permet de parvenir à la conclusion que la permanence de cette théorie est encore assurée et que sa méconnaissance rendue effective n’est pas sans conséquence pour un Etat qui s’y adonne.

MOTS-CLES : Droit interne – Droit international – Fiscalité – Immunités – Structures Internationales.

ABSTRACT :The general tax code of Burkina Faso has been enriched by the 2020 management finance law. This enrichment consisted in broadening the base of legal taxpayers. For the sake of fiscal realism, the Burkinabè legislator decided to extend the legislation on legal debtors to embassies, consulates and other assimilated international structures. In this logic, there seems to be a contradiction of domestic law in relation to international law. The reason for this discomfort is that Articles 206.2 and 213 of the General Tax Code disregard the theory of fiscal immunities long established by international law. In what appears, however, as a misunderstanding, the analysis leads to the conclusion that the permanence of this theory is still assured and that its misunderstanding made effective is not without consequences for a State which devotes itself to it.

KEY WORDS : Domestic law - International law – Taxation – Immunities - International structures.


Oumar TRAORE
Doctorant à l’Université Ouaga II (Burkina Faso)


L'intégralité de la contribution

PDF - 344.2 ko
PDF - 344.2 ko

Commentaire(s)

Articles